Maria Montessori

Née en 1870, Maria Montessori se révèle rapidement comme étant très matheuse. Sa mère, scientifique, soutiendra toujours Maria dans son choix de poursuivre des études de médecine ce qui, dans l’Italie de l’époque, était remarquable.
En 1894, elle fait un stage en psychiatrie. Elle obtient de pouvoir séparer les enfants des adultes et commence ses observations. Elle découvre les besoins de l’enfant en activités motrices, particulièrement celles de la main.
C’est en 1896 qu’elle reçoit son diplôme de médecine et en 1898 qu’elle rend compte de ses travaux auprès des enfants de l’hôpital psychiatrique. On lui confie alors la direction de l’école orthophonique où sont suivis les déficients mentaux. Mais Maria Montessori est médecin, pas pédagogue. Elle entame alors des recherches sur ce qui se fait dans ce domaine, notamment les travaux d’Itard et de Seguin.
De ses observations et découvertes nait son plan toujours en vigueur : éduquer d’abord le mouvement (coordination), puis les sens, ensuite les notions (court/ long, grand/petit etc) avant d’arriver aux idées (notion de concept) et enfin de morale ou conscience. 
Ses élèves déficients réussissent mieux leurs examens que les enfants jouissant de toutes leurs facultés. Elle va alors s’intéresser à ces enfants dits « normaux » et retourne se former en psychologie, philosophie et biologie.
On lui offre une chaire d’anthropologie à Rome. En 1906, elle soutient une thèse sur l’anthropologie pédagogique.
En 1907, elle met en place la première « Maison des Enfants » à Lorenzo et continue à y tester tout le matériel dont elle dispose.
En 1910, elle décide de se consacrer à la formation et partage le fruit de ses découvertes à travers le monde. En 1939, elle part pour donner des conférences en Inde lorsque la guerre éclate. Italienne dans un pays du Royaume Uni, elle se retrouve assignée à résidence pour une durée de 7 ans.
Brillante scientifique et totalement dévouée à l’enfance en qui elle voit toujours le monde de demain, Maria Montessori a poursuivi ses recherches, conférences et publications jusqu’à la fin de sa vie. Par son sens aigu et rigoureux de l’observation, elle a découvert ce que les neurosciences cognitives nous confirment aujourd’hui.
Elle fût un précurseur et nous lui sommes reconnaissants pour les enfants d’aujourd’hui.